logo
  S’enregistrer  -  Se connecter

Accueil ·  Articles .  Espace Membre ·  Forum ·  Livre d'or

vendredi 24 octobre 2014 - 08:59
  Menu général :   


     
  Forum :   

     
  Citations :   
La misère des amis
n'est pas plus amusante
que la vue d'un jardin
dont la flore est mourante.


Naheulbeuk


Citations...

     
  Translation :   
     
  Le guide de l'éboueur  
  Ajouté le 28/02/2009 07:44 par ΩPhil Black Ripper
En 2002, on estimait à 11,3 millions de tonnes métriques
les résidus produits par les différents secteurs (résidentiel,
industriel, commercial, institutionnel), incluant les résidus
récupérés et éliminés.

Ce sont des quantités incroyables de
sacs et de contenants à soulever et à transporter chaque jour !
Les éboueurs manutentionnent quotidiennement plusieurs
tonnes de déchets. Peu de métiers exigent un aussi grand effort
physique que la collecte des ordures. Et ce n'est pas qu'un
travail physique, l'éboueur doit constamment être à l'affût et
prendre des décisions en fonction de son environnement de
travail et des ordures à collecter.

Compte tenu du risque élevé de blessures chez l'éboueur,
il est essentiel qu'il adopte des méthodes de travail sécuritaires,
mais aussi qu'il prenne garde d'user son corps prématurément.
L'objectif de cette brochure est donc d'informer les éboueurs
des risques de leur métier et particulièrement ceux liés à la
manutention.

Recyc-Québec, Bilan 2002 de la gestion des matières résiduelles au Québec,
novembre 2003.

Risques liés à la collecte d'ordures
Les conditions et l'environnement dans lesquels s'exécute
la collecte des ordures recèlent une multitude de risques,
obligeant l'éboueur à adopter une attitude préventive.
Risques biologiques et chimiques

De par leur nature, les ordures présentent des risques de piqûre et coupure,contamination par des bioaérosols,
éclaboussure.
Contraintes environnementales
L'environnement change continuellement et de nombreux éléments
peuvent contribuer à une chute ou une collision dues aux automobilistes, piétons, cyclistes, enfants,ainsi qu'à la construction,et à l'aménagement urbain.
Contraintes climatiques
Le soleil, la pluie, la glace.Aucun de ces éléments ne facilite
le travail de l'éboueur. Ils peuvent même causer
la déshydratation,une insolation,une engelure.
Dangers des trémies et des compacteurs
La puissance du compacteur et la présence de déchets dangereux
présentent certains dangers, dont une explosion,une projection de débris,un feu de benne,le coincement d'un membre lors de la compaction.
Protection individuelle et hygiène
Vêtements de travail
Il est fortement recommandé de se vêtir d'un pantalon et d'une
chemise à manches longues pour faire la collecte des ordures.
La peau est ainsi protégée des contaminants.
Les manches et les pantalons doivent être bien ajustés et
ne comporter aucune partie flottante.
Les bijoux peuvent rester coincés et vous blesser. Sans compter
qu'ils peuvent accumuler des saletés. La meilleure protection
consiste à ne pas en porter.
Équipements de protection individuelle
Le métier d'éboueur comporte plusieurs risques difficiles à éliminer
ou à contrôler. Il est donc important de porter les équipements de
protection individuelle (EPI) requis. Ceux-ci doivent être adaptés
aux risques de la situation et fournis gratuitement par l'employeur.
Vêtements à bandes rétroréfléchissantes
La veste à bandes rétroréfléchissantes (dossard), par sa couleur
vive, rend le travailleur visible. Celle-ci doit être conforme à
la norme CSA Z96-02. Le survêtement ajusté muni de bandes
rétroréfléchissantes intégrées est accepté. La veste et le
survêtement doivent rester conformes, c'est-à-dire que les bandes
demeurent rétroréfléchissantes.
Les gants
Le modèle porté doit être de bonne qualité, assez épais et résistant
pour protéger les mains des coupures.
Les chaussures de sécurité
Les chaussures avec un embout protecteur et une semelle
antidérapante conformes à la norme CSA Z195-M92 offrent un
minimum de protection. Une semelle antiperforation peut être
nécessaire dans certains cas.
La ceinture de sécurité
est aussi un ÉPI. Lorsque vous êtes assis
dans la cabine du camion, vous devez boucler votre ceinture
C'est la loi !
Les ÉPI énumérés ci-dessus sont obligatoires !
Hygiène personnelle
Une bonne hygiène personnelle permet d'éviter
certains problèmes de santé. Voici ce qu'on vous
recommande :
Éviter de porter les doigts dans les yeux,
la bouche et les oreilles.
Garder les ongles courts.
Traiter immédiatement les blessures.
Se laver les mains avant de manger, boire ou fumer.
Prendre une douche à la fin de la journée.
Ne pas laver les vêtements de travail avec
les vêtements de ville ou ceux des membres
de la famille.

Une bonne hygiène de vie commence par une saine alimentation.
De bons aliments, en quantité suffisante, vous permettront de faire
votre travail d'athlète. Il est tout aussi important de vous hydrater
correctement. Ayez à votre disposition de l'eau potable tempérée
(environ 15 °C) pour le parcours, autant durant l'hiver que l'été.

Puisque la collecte d'ordures présente
des risques de blessures avec des objets
coupants ou piquants, il est essentiel
que les travailleurs affectés à cette tâche
reçoivent un vaccin contre le tétanos.

Manutention

Une étude menée par l'Institut de recherche Robert-Sauvé en
santé et en sécurité du travail démontre que les éboueurs font un
travail d'athlète. Ils marchent sur des kilomètres tous les jours et
on compte par centaines le nombre de flexions, de torsions et de
lancers qu'ils font durant leur quart de travail.

Il est primordial pour l'éboueur de réaliser que son corps est son
principal outil de travail et qu'il doit par conséquent en prendre
grand soin. De cette manière, il s'assurera de pouvoir faire toutes
les activités voulues après sa carrière d'éboueur.

Risques liés à la manutention

Il n'y a pas de doute, la collecte d'ordures est un travail de
manutentionnaire. Le principal danger qui guette les éboueurs est
l'usure prématurée de leur corps. À faire des torsions au tronc et
à ne pas garder le dos droit lorsqu'il se penche, l'éboueur ajoute à
chaque fois, une goutte d'eau dans un vase. Il y aura une journée
où une goutte de trop fera déborder le vase. Chaque éboueur a une
constitution physique et une génétique propres. Un éboueur peut
se pencher dans une mauvaise posture des centaines de fois avant
de sentir une douleur au dos, alors qu'un autre sentira une douleur
après quelques fois seulement. Ce n'est pas parce qu'il est faible ou
en mauvaise santé, c'est seulement parce que nos capacités sont
différentes.

Il y a trois dangers qui guettent les éboueurs : la fatigue, l'usure
et l'accident. Pour ces trois situations, il est possible de faire une
analogie entre le corps humain et un pneu.

La fatigue

La fatigue est généralement définie comme
étant une incapacité à poursuivre un travail à une
intensité donnée.
Une exposition à un effort répété ou prolongé
dans le temps, combinée avec une période de
récupération insuffisante, entraîne une fatigue
musculaire. Les effets de la fatigue musculaire
sont une diminution de la coordination des
mouvements et de la stabilité des structures.
Dans cette situation, le corps est plus vulnérable face à une
perte d'équilibre, à une perte de contrôle ou à un effort qui n'est
normalement pas excessif.
Dans le cas d'un pneu insuffisamment gonflé, le caoutchouc va
« travailler » plus fort que s'il était gonflé normalement et va donc
se fatiguer plus rapidement. Alors qu'il aurait résisté en temps
normal, le pneu risque d'éclater au moindre contact avec un objet
coupant.

L'usure

Les conséquences de l'usure sont similaires
à celles dues à la fatigue. C'est en fait une
situation dans laquelle habituellement on
ne se serait pas blessé, mais la répétition
a affaibli les structures et c'est pourquoi il
est possible de faire cent mille fois le même
effort dans la même posture, puis de se
blesser sans savoir pourquoi. Dans le cas
d'un pneu usé, le pneu sera perforé en roulant sur un objet (ex. :
verre brisé) alors qu'en temps normal rien ne se serait produit.

L'accident

Contrairement à l'usure et à la fatigue,
l'accident est instantané et imprévisible. La
blessure est la conséquence d'une surcharge.
Par exemple : le clou dans la semelle du pneu.
Pour prévenir les blessures accidentelles,
on doit se préoccuper de sécurité, tenter
d'anticiper l'imprévu. On doit être en mesure
de détecter les situations à risques et de
reconnaître les repères significatifs, et ce, de
façon continue tout au long du parcours.

Concepts théoriques

Voici les définitions de certains concepts théoriques qui sont
les fondements de la manutention.

Centre de gravité
Point par lequel un corps doit être
supporté pour rester en équilibre.
C'est fonction de la forme et de
la distribution de la matière.Le
centre de gravité chez l'homme
se situe près du nombril, en plein
centre du corps.

Base de support

La base de support est
déterminée par le bord externe
des appuis au sol. L'équilibre
est assuré aussi longtemps que
le centre de gravité demeure à
l'intérieur de la base de support. Pour avoir plus d'équilibre, il faut
naturellement agrandir la distance entre ses points d'appui.

Accélération de charge

Accélérer une charge c'est la mettre en mouvement. On peut
accélérer une charge pour la lancer. Dans ce cas, l'intensité
de l'accélération sera fonction de la distance que la charge devra
parcourir. On peut également accélérer une charge sans la projeter,
seulement pour lui donner un élan. Dans ce cas, il ne faut pas
faire un effort plus important que nécessaire. Pour amorcer le
mouvement d'une charge ou pour l'accélérer il suffit
d'utiliser le poids de tout le corps,
de transférer son poids d'une jambe à l'autre (avant-arrière,
latérale ou en rotation).

Principes généraux de manutention

Les principes de manutention doivent être la référence pour
vos choix de méthodes, peu importent les situations rencontrées,
et ce, pour toutes les activités de manutention.

Dos droit

Ce principe est celui auquel il faut donner la priorité. Garder
le dos droit, c'est conserver les trois courbures naturelles de la
colonne vertébrale. Les flexions du tronc contribuent à l'usure
en affaiblissant progressivement le disque. Comme on peut le
constater sur les images ci-dessous, cela ne veut pas dire que le dos
doit être à la verticale. Le secret est dans la flexion des hanches.

Dos droit Flexion du tronc

Positionnement des pieds

Le positionnement des pieds
est sans doute le principe de
manutention le plus sous-estimé.
L'orientation et la mobilité des
pieds constituent la base d'une
manutention sécuritaire et
efficiente.

Orientation des pieds

Le pied avant doit être orienté en direction du lieu de prise ou de
dépôt afin de favoriser la fluidité et la continuité des mouvements.

Mobilité des pieds

Vous devez en tout temps permettre la mobilité de vos pieds pour
augmenter votre capacité de récupérer un déséquilibre et pour éviter
les torsions du tronc. En déséquilibre, n'hésitez pas à faire un pas de
plus pour vous rééquilibrer. Sinon, c'est votre dos qui devra le faire.


Symétrie

Bien que la charge soit la même, il est moins exigeant pour le dos
de porter un sac de 10 kg dans chaque main, qu'un seul sac
de 20 kg dans une seule main. Transporter le sac de 20 kg,
c'est travailler « débalancé », c'est travailler en asymétrie.
Il faut éviter dans la mesure du possible de travailler en asymétrie
puisqu'on sollicite les muscles du dos inutilement. Prendre
l'habitude d'avoir des postures symétriques, c'est-à-dire que les
deux côtés du corps ont des positions semblables.

Membres en position neutre

Éviter les déviations sur le plan postural et les postures d'une
amplitude extrême; favoriser plutôt le placement des membres
en position neutre. De même, il faut éviter les torsions du tronc
(lorsque les hanches ne « suivent » pas les épaules).

Porter près du corps

On a naturellement tendance à tenir un objet lourd contre soi.
On sait instinctivement que l'inverse est plus exigeant pour le dos.
Il n'est cependant pas toujours possible de ramener les ordures
contre soi. En effet, les ordures sont souvent souillées ou
dangereuses pour la santé des éboueurs.
On doit porter une attention spéciale aux sacs, qui constituent
une part importante des ordures collectées, en s'assurant de ne
pas les frotter contre son corps à cause de leur contenu caché et
potentiellement dangereux.

ATtENTION ! Ce principe de manutention doit
être utilisé si la nature de l'objet le permet.

Techniques de manutention

Squat

Technique
Dos droit
Bras tendus
Pieds à la largeur des épaules
et décalés
Abaissement et soulèvement
assurés entièrement par
les jambes

Contexte d'utilisation Utiliser pour les boîtes et autres objets lourds. Éviter
cette technique pour soulever des charges légères,
puisqu'elle demande beaucoup d'énergie.
Utile lorsque la prise doit se faire au niveau du sol.
Stabilité précaire due au fait qu'on se retrouve sur
la pointe des pieds.
Ne permet pas la continuité dans l'enchaînement
des mouvements puisque la mobilité des pieds est
restreinte.
Demande une grande amplitude de mouvement
aux genoux.
Demi-squat
Technique
Dos droit
Bras tendus
Pieds à la largeur des épaules,
décalés et orientés vers la cible
Le soulèvement est assuré par
une extension au niveau des
genoux et des hanches
Contexte d'utilisation
Variante du squat lorsque la prise sur l'objet le permet
Offre un compromis entre l'utilisation des jambes et du dos
Permet une grande stabilité
À privilégier sur des surfaces glissantes
Fente de l'escrimeur
Technique
Déposer le pied avant près des ordures pour rapprocher
le centre de gravité au-dessus de la charge. Ce pied ne
doit pas être replacé ou réorienté pour la poussée.
15
Fléchir le genou et la hanche pour atteindre les ordures
avec les bras tendus.
Garder le dos droit.
Le soulèvement est amorcé par la force de la cuisse
avant et le rapprochement de la jambe arrière vers
le sol, puis vers l'autre jambe.
L'utilisation de tout le corps comme contrepoids
amorcera le transfert de poids de la jambe arrière à
la jambe avant pour compléter l'effort.
Le mouvement se fait rapidement et sans à-coups.
Contexte d'utilisation
Permet de diminuer les distances de déplacement
tout en utilisant le poids de tout le corps comme
contrepoids au moment du soulèvement.
Peut être combinée à un lancer de façon continue et
fluide.
Golfeur
Technique
Mouvement de balancier vers l'avant en utilisant
la jambe arrière comme contrepoids. Le simple fait
de ramener la jambe arrière vers le sol permet de
redresser le corps sans effort excessif des muscles
dorsaux.
16
Une légère flexion du genou est recommandée pour
donner plus d'équilibre et pour que la main libre puisse
s'appuyer dessus.
Ne pas élever la jambe arrière trop haut, car cela
diminue la capacité de récupération.
Contexte d'utilisation
Utile pour ramasser des objets
légers au sol
Technique économique
en termes d'effort
Équilibre précaire dû
au fait que la base
de support est très
petite.
Qu'est-ce qui influence le choix de la méthode ?
Les principes et les techniques de manutention proposés devront
être adaptés aux contraintes auxquelles vous faites face au moment
de prendre vos décisions. Plusieurs facteurs peuvent influencer
votre choix.
Caractéristiques physiques
État de fatigue
Expérience
Produit
Conditions environnementales
Contraintes de temps
Équipement
Vous devrez constamment évaluer la situation et vous adapter en
conséquence. Il n'existe pas UNE bonne façon de faire, mais bien
plusieurs. On doit tenir compte de la situation, de ses habiletés et
de ses capacités.
17
Techniques de lancer
Voyons d'abord pourquoi il peut être pratique et sécuritaire
de lancer les ordures.
Transporter une charge n'est pas économique en termes
d'effort. En effet, en plus de déplacer le poids de la charge,
l'éboueur doit également déplacer son propre poids. Les lancers
lui permettent donc de faire franchir une distance aux ordures
et de réduire le trajet du transport et la durée de l'effort.
Les lancers permettent à l'éboueur de faire franchir des
obstacles aux ordures sans avoir à risquer une perte de contrôle,
une perte d'équilibre ou un mouvement soudain en
les transportant.
La hauteur du dépôt amène l'éboueur à faire des efforts dans
des conditions défavorables pour le corps et à adopter des
postures contraignantes pour le dos et pour les épaules.
Conditions sécuritaires
Avant d'utiliser une technique de lancer, vous devez être sûr de
pouvoir respecter les conditions d'utilisation sécuritaires,
c'est-à-dire vous assurer :
d'avoir des appuis stables au sol
que le produit ne présente pas de risque (sac déchiré,
volumineux, lourd, etc.) que le poids de la charge et la distance par rapport à la cible
n'excèdent pas vos capacités
que la nature du contenant vous permet d'avoir une prise solide
sur la charge de disposer de l'espace nécessaire pour effectuer les transferts
de poids sans restriction qu'aucun obstacle (partenaire, piéton, etc.) ne se trouve entre
vous et la cible à atteindre.
18
Si vous ne pouvez pas respecter ces conditions sécuritaires, il est
recommandé d'assurer votre équilibre, de transporter et de déposer
les ordures dans la trémie plutôt que de les lancer.
Types de lancer
Lancer balle molle
Technique
La charge est tenue à une main avec le bras tendu.
Le mouvement est amorcé en transférant le poids du
corps de la jambe du même côté que le bras qui tient
la charge, à l'autre jambe.
Laisser le bras tenant la charge traîner derrière
le corps pendant la phase d'amorce. L'extension du bras
ainsi provoquée permettra de
transmettre l'énergie du transfert
de poids à la charge dans un
mouvement continu et fluide.
Faire l'effort quand la charge est
au niveau de la jambe.
sert à
accompagner la charge vers la
cible.
La mobilité des pieds est
nécessaire pour servir de
contrepoids à la fin du
mouvement ou pour récupérer un
déséquilibre si nécessaire.
Contexte d'utilisation
Utile pour lancer des charges de petit volume et de
poids léger à moyen.
Vous devez vous assurer de ne pas frotter les sacs
contre vos jambes.
19
Lancer revers et coup droit tennis
Technique
Au départ, le corps est de côté par rapport à la cible.
Le pied avant est orienté vers la cible, alors que le pied
arrière est perpendiculaire à celle-ci.
La charge est tenue à une main, avec le bras tendu.
Le mouvement est amorcé par une rotation simultanée
au niveau des hanches et des épaules, tout en
transférant le poids de la jambe arrière à la jambe
avant. Laisser le bras qui tient la charge traîner derrière
le corps pendant cette phase d'amorce.
Pendant que la rotation est complétée au niveau du
tronc et des épaules, transmettre l'énergie de cette
rotation à la charge en
fouettant le bras vers l'avant.
Le reste du mouvement sert
à accompagner la charge vers
la cible.
La mobilité des pieds est
nécessaire pour éviter les
torsions du dos, pour servir
de contrepoids à la fin du
mouvement, pour récupérer
un déséquilibre si nécessaire.
Contexte d'utilisation
Utiliser cette technique pour lancer des charges de
poids de léger à moyen et de volume moyen.
Cette technique est souvent combinée à celle
du soulèvement de la fente de l'escrimeur (vue
précédemment), ou utilisée à la suite d'un transport.
20
Lancer revers tennis à deux mains
Technique
Ce mouvement est une
combinaison du lancer et du revers
tennis. La différence principale est
que la prise se fait à deux mains.
Contexte d'utilisation
Utiliser cette technique pour lancer
des charges de poids moyen à
lourd et de volume moyen.
Cette technique est utile quand le poids de la charge
est trop important pour utiliser le lancer revers et le
coup droit tennis à une main.
Cette technique est souvent combinée à celle de la
fente de l'escrimeur.
Lancer du marteau
Technique
S'assurer d'avoir une prise solide sur l'objet et,
de préférence, une prise en force.
Au départ du mouvement, le corps est dos à la cible et
à proximité de celle-ci.
La charge est tenue à deux mains, avec les bras
tendus. Le mouvement est amorcé par le soulèvement
progressif de la charge en utilisant le corps comme
contrepoids.
La phase suivante se caractérise par l'ouverture de
la jambe avant vers la cible, suivie d'une rotation des
hanches, du tronc et des épaules. Cette rotation est
assurée par la mobilité des pieds.
Incliner le corps vers l'arrière et faire l'effort en
gardant le corps aligné sur le même axe.
21
Terminer le mouvement en libérant la charge
et en l'accompagnant vers la cible.
Étant donné la direction du mouvement
et le déséquilibre entraîné par l'énergie
de la charge, le centre de gravité de
l'éboueur doit s'élever et ses pieds
ne doivent supporter qu'une
petite partie de son poids à
la fin du mouvement.
Contexte d'utilisation
Utiliser cette technique pour
lancer des charges lourdes et de volume grand
ou moyen.
Ne pas utiliser cette technique à froid.
Cette technique est utile pour charger un objet lourd
dans la trémie. Ne pas l'utiliser pour simplement
déplacer une charge.
Il est important de développer l'habileté de lancer des deux côtés
pour ne pas toujours solliciter le même groupe de muscles.
Prise d'informer actions
Les informations recueillies sur le produit et sur l'environnement
permettront à l'éboueur de choisir la bonne stratégie de travail.
Sur le produit
L'éboueur doit composer avec une grande variété d'ordures en
termes de poids, de volume, de forme et de type. Le contenu est
souvent caché et potentiellement dangereux pour le travailleur.
La prise d'informations sur les différentes caractéristiques d'une
22
charge doit être le point de départ de son processus de décision
au moment de choisir la méthode ou la stratégie pour déplacer cet
objet. La prise d'informations lui permet d'organiser son travail,
de prendre les meilleures décisions et d'anticiper les imprévus.
Sur l'environnement
Les éboueurs doivent s'adapter à un environnement en perpétuel
changement et sont exposés au risque d'être heurtés, entre autres,
par un véhicule. L'éboueur peut se heurter sur un objet comme
une boule de remorquage ou le marchepied du camion. Le risque
de chute est également présent sur des surfaces glissantes ou
accidentées.La prise d'informations sur l'environnement permet
à l'éboueur d'anticiper un incident et ainsi s'assurer de faire une
collecte efficiente et sécuritaire.
Conditions climatiques
L'éboueur doit composer avec les conditions climatiques. S'il ne
gère pas bien son exposition au froid et à la chaleur, il risque
les engelures, la déshydratation ou le coup de chaleur. Le tableau
suivant regroupe ces risques ainsi que les mesures de prévention
qui s'y rattachent.
23
Conditions
climatiques Risques Mesures de prévention
Chaleur
Déshydratation
Coup de chaleur
Apporter et boire beaucoup
d'eau (15° C)
Porter un bannana pour
retenir la sueur
Réduire le rythme de travail
Froid
Engelures (doigts,
orteils, oreilles)
Inconfort causé
par le contraste
chaud-froid
Porter des vêtements en
tissus synthétiques, des
gants et une tuque adaptés
aux conditions climatiques
S'habiller en oignon
Apporter des vêtements de
rechange
Augmenter le rythme de
travail
Porter des vêtements de
couleur foncée
Soleil
Coup de soleil
Insolation
Porter un chapeau ou une
casquette et des lunettes de
soleil
Appliquer de la crème
solaire sur la peau exposée
au soleil
Porter des vêtements de
couleur claire
Pluie et neige
Inconfort
Fatigue
Apporter des vêtements et
des gants supplémentaires
Porter des gants adaptés aux
surfaces mouillées
Éviter les imperméables en
caoutchouc
Vent
Mauvaise
appréciation du
facteur éolien
S'habiller en oignon et
apporter des vêtements de
rechange
24
Circulation
Il faut être attentif à la circulation en tout temps, non seulement à
celle des véhicules, mais aussi à celle des cyclistes, des piétons,
etc. Vous devez être constamment vigilant et aussi attentif au
camion à ordures.
Surfaces
Pour prévenir les chutes, il est indispensable d'être capable
d'évaluer la stabilité des surfaces. Vous devez évaluer l'adhérence
des surfaces, les irrégularités et les dénivellations.
Aménagement urbain
Déterminer tout ce qui pourrait être un obstacle ou un repère de
sécurité ou d'efficacité dans l'aménagement urbain, tels que :
arbres
clôtures
boîtes à fleurs
boîtes aux lettres
supports à vélo
bancs publics
abribus
poteaux de stationnement
bornes-fontaines
25
Encombrement
Savoir évaluer le degré d'encombrement permet de développer des
stratégies de déplacements. Les repères les plus importants sont :
la distance entre les voitures garées,
tout objet pouvant dépasser des véhicules garés (échelle,
support à vélo, boule de remorquage, chargement d'une
camionnette, pneu de secours, etc.),
la construction.
Stratégies de travail
Le choix d'une bonne stratégie de travail dépend de l'information
recueillie sur le produit et l'environnement. C'est le premier pas
vers une gestion stratégique de son travail. Dans les sections qui
suivent, on vous présente certains moyens pour rendre la collecte
plus économique, plus facile, bref, plus agréable!
Gestion de l'effort
Le travail d'éboueur exige une grande dépense physique et
une forte intensité pour l'exécution et le maintien de l'activité,
considérant que l'éboueur manutentionne plus de deux tonnes
métriques d'ordures par heure. C'est un parcours de marathonien.
Si l'éboueur n'est pas en mesure de gérer son effort en fonction de
ses capacités et du contexte environnemental, la fatigue s'emparera
26
de lui et le poussera à modifier ses postures, ses techniques et ses
efforts, ce qui fragilisera ses structures.
Voici quelques conseils pour vous permettre de vous rendre jusqu'à
la fin de votre quart sans être complètement épuisé.
Connaître ses capacités physiques et surtout, être à l'écoute
de son corps.
Savoir étaler sa dépense d'énergie sur toute la journée.
Faire des exercices d'étirement avant et après le travail.
Faire un échauffement de 5 à 10 minutes ou jusqu'à la
sudation avant les exercices d'étirement pour ne pas étirer
les muscles à froid.
Suivre une routine facile à retenir, par exemple de la tête
aux pieds ou l'inverse.
Étirer le muscle progressivement (sans à-coups) jusqu'à ce
que vous sentiez une résistance, mais sans aller jusqu'à la
douleur. Maintenir 20 secondes et répéter.
Les exercices proposés couvrent les principaux groupes
musculaires sollicités pendant la collecte d'ordures. Vous
pouvez adapter les exercices à vos besoins ou contraintes.
Débuter la collecte tranquillement et augmenter
progressivement le rythme jusqu'à atteindre un rythme de
croisière. Faire le processus inverse en fin de collecte.
Garder un rythme de travail constant et adapté à ses capacités.
Vous devriez être capable de parler sans être essoufflé.
Adapter sa vitesse au parcours à faire selon la densité de
matière à collecter.
Prévoir un temps de récupération après un effort intense
ou qui se prolonge dans le temps.
Ne pas s'alourdir en mangeant trop.
Prendre des pauses au besoin et boire de l'eau.
27
Travail d'équipe
Le travail d'équipe est très important, d'autant plus que la sécurité
de chacun en dépend. Une manoeuvre ou un comportement risqué
peut avoir des conséquences dangereuses pour le reste de l'équipe.
Vous êtes les principaux responsables de votre sécurité.
La communication et la coordination entre coéquipiers (éboueurs
et chauffeurs) permettent de travailler de façon sécuritaire et
efficace. Le travail d'équipe, c'est
Connaître quelle est sa part de travail et celle de l'autre.
La confusion quant aux devoirs et aux responsabilités de chacun
peut entraîner des blessures et des accidents.
Se comprendre, se respecter et respecter le travail de l'autre
coéquipier.
Apprendre à se connaître pour faciliter le travail de chacun.
Adopter ensemble des méthodes de travail sécuritaires et
les appliquer.
Se servir de toutes les formes
de communication auditive
et visuelle disponibles pour
avertir l'autre coéquipier
de l'étape suivante ou d'un
danger.
Connaître les capacités de
son coéquipier, l'assister pour
charger des objets lourds
ou lorsque la quantité de
déchets à charger au même
endroit est importante.
28
Accepter qu'un nouveau travailleur puisse ne pas tout connaître
avant de commencer et prendre le temps de l'informer des
règles, des consignes et des procédures en vigueur.
Donner au nouveau travailleur la chance de trouver son rythme.
Marche arrière
Depuis 1994, 12 personnes ont été écrasées sous les roues d'un
camion à ordures qui reculait . En fait, c'est la principale cause
d'accident mortel dans ce secteur d'activité.
La visibilité dans les camions à ordures est très réduite. Il existe
un angle mort derrière le véhicule où l'on ne voit rien, même si les
rétroviseurs sont bien ajustés. Plus le camion est gros, plus cet angle
est important (jusqu'à 30 m, 100 pi). La meilleure façon d'éviter un
accident lors d'une marche arrière consiste tout simplement à ne pas
reculer du tout ! Il serait préférable d'organiser le parcours de façon à
reculer le moins possible.
1 Le Journal de Montréal, lundi 14 mars 2005.
29
Pour une marche arrière sécuritaire
Déterminer avant de partir quels sont les signaux et qui les fera.
Le chauffeur doit attendre les signaux du signaleur avant
de reculer et doit s'arrêter au moindre doute.
Garder les rétroviseurs propres en tout temps.
Ne jamais reculer dans une courbe.
Stratégies de positionnement
Comme l'on a vu précédemment, il y a un grand angle mort à
l'arrière du camion, et le chauffeur ne peut pas y avoir accès
visuellement. Les chauffeurs n'aiment pas travailler avec des
éboueurs qui courent dans tous les sens sans se soucier de rester
visibles pour eux. Vous devez donc être stratégique dans votre
positionnement par rapport au camion et à la circulation.
Voici des stratégies de positionnement sécuritaires :
Respecter la règle du rétroviseur qui dit que si vous pouvez y
voir le chauffeur, il peut aussi vous voir.
30
Se placer du côté du trottoir, pour être le plus loin possible de
la circulation et pour permettre que les obstacles (voitures,
murs ou autres) soient dans le champ de vision du chauffeur.
Prévoir un espace de dégagement afin de pouvoir réagir à
un imprévu pendant la marche arrière du camion et ainsi
ne pas rester coincé entre le véhicule et un obstacle.
Si vous devez arrêter la circulation, un signaleur doit le faire
avant que l'autre éboueur s'occupe de diriger le chauffeur.
Assurez-vous d'avoir un contact visuel avec l'automobiliste.
Déplacements
Afin d'assurer votre sécurité face aux risques de la circulation :
Collecter d'un seul côté de la rue (collecte unilatérale).
Circuler le plus souvent possible sur le trottoir sans traverser
la rue. Vous devriez vous trouver dans la rue uniquement au
moment du chargement (chargement arrière) dans la trémie.
Marcher derrière le camion lorsque vous circulez dans les
ruelles.
31
Marchepied
Le marchepied est un outil très utile
pour réduire les déplacements.
Cependant, son utilisation comporte
certains risques (heurt, chute,
éjection) que vous devez connaître
afin de la rendre sécuritaire.
Règles à suivre
Selon la norme ANSI Z245.1-1999,
l'éboueur ne doit pas se tenir sur
le marchepied si :
la vitesse du camion excède 17 km/h;
la distance de déplacement excède 300 mètres (1 000 pi);
le camion est en marche arrière.
Se tenir debout, le corps
légèrement incliné vers
l'arrière, les genoux légèrement
fléchis afin d'absorber les chocs.
Placer les pieds de façon à
réagir aux mouvements avant etbarrière
du camion.
Tenir les barres de préhension
avec les deux mains. Ne pas
s'accrocher le bras à la barre de
préhension
En se tenant sur le marchepied,
regarder vers l';avant pour
surveiller les branches,
poteaux et autres objets que le
conducteur ne voit pas.
Garder le marchepied propre
pour une meilleure adhérence.
32
Ne pas descendre du marchepied tant que le camion
n'est pas arrêté.
Ne pas s'asseoir ni s'accroupir sur le marchepied.
Ne pas se tenir deux éboueurs sur le même marchepied.
Ne pas ramasser les ordures au vol (en restant sur
le marchepied).
Trémie
Afin de prévenir les risques d'accidents mettant en cause la trémie
ou le couteau de compactage du camion, respecter les règles de
sécurité suivantes :
L'opération de compactage doit se faire lorsque le camion est à
l'arrêt.
S'assurer que personne ne se tient à l'arrière du camion durant
le compactage. Un dégagement de 4 à 6 mètres (15 à 20 pi) est
nécessaire.
33
Prendre position sur le côté du camion lors du compactage et
ne pas regarder vers la trémie.
Ne jamais tenter de retenir des déchets qui tombent
de la trémie lors du compactage. Laissez-les tomber.
Prévoir une pelle et un balai.
Ne jamais placer ses doigts, ses mains, ses bras, ses jambes
ou ses pieds dans la trémie lors du compactage.
34
Références
American National Standards Institute (1999). American national
standard for equipment technology and operations for wastes and
recyclable materials : mobile wastes and recyclable materials collection,
transportation, and compaction equipment : safety requirements. New
York, N.Y. : ANSI, 43 p. Norme ANSI Z245.1-1999
Collectif (2003). Les troubles musculo-squelettiques du membre supérieur
reliés au travail : définitions, anatomie fonctionnelle, mécanismes
physiopathologiques et facteurs de risques. [Montréal] : Clinique
interuniversitaire de santé au travail et de santé environnementale,
Direction de la santé publique de Montréal-Centre, 68 p.
Bourdouxhe, Madeleine et al. (1992). Étude des risques d'accident dans
la collecte des ordures ménagères. Montréal : IRSST, xvi, 287, x, 75 p.
(collection : Études et recherches/IRSST, RR-061)
Simoneau, Serge (c199 smiley s8g29g.gif . Manutention et maux de dos. 2e éd. St-Léonard :
Association paritaire pour la santé et la sécurité du travail, secteur
fabrication de produits en métal et de produits électriques, 58 p.
Vincent, Patrick et al. [à paraître]. Maux de dos et manutention, formation
à la manutention manuelle sécuritaire. Montréal : APSAM. (collection :
fiche technique)
Réalisation
Lisane Picard, email anti-spam
Conseillère, APSAM
2006
Illustrations
APSAM, ASTE
Graphisme
Passerelle bleue
Remerciements
L'APSAM désire remercier tous les membres du comité de validation de ce projet.
Le générique masculin est utilisé sans discrimination et dans le seul but d'alléger
le texte.
Nota : Bien que ce document ait été élaboré avec soin, à partir de sources
reconnues comme fiables et crédibles, l'APSAM, ses administrateurs, son
personnel ainsi que les personnes et organismes qui ont contribué à son
élaboration n'assument aucune responsabilité quant à l'utilisation du contenu
ou des produits ou services mentionnés. Il y a des circonstances de lieu et de
temps, de même que des conditions générales ou spécifiques, qui peuvent
amener à adapter le contenu. Toute reproduction d'un extrait de ce manuel doit
être autorisée par écrit par l'APSAM et porter la mention de sa source.
35
Association paritaire pour la santé
et la sécurité du travail secteur
« affaires municipales »
715, Square Victoria, Bureau 710
Montréal (Québec) H2Y 2H7
Téléphone : (514) 849-8373
Sans frais : 1 800 465-1754
Télécopieur : (514) 849-8873
Sans frais : 1 800 465-6578
www.apsam.com

Mots clés : guide de l'éboueur, l'éboueur, éboueur
img
     

   

     

Réalisé avec KwsPHP (Les éboueurs Webmaster Manu74) 2006 © 2013
Design: Cyberalien